SAISON CULTURELLE 2017-2018

Saison Culturelle 2017-2018

La saison 2017-2018 conjuguera humour, musiques, théâtre et cirque pour tous les publics.

Voici un petit aperçu des spectacles à venir.

SAISON CULTURELLE 2017-2018

NEWSLETTER THÉÂTRE DE VERRE

LE MELON QUI

Théâtre musical

Le melon qui

par le ThéâtreNuit

Un chapeau melon vient au monde, des rêves plein la tête. Pour son malheur, il tombe entre les mains d’un membre de l’infâme Ordre du Melon. Ce rassemblement d’hallucinés a choisi pour emblème le chapeau du même nom et prétend en interdire le port à l’ensemble de la population. Alerté, le monde des artistes se mobilise : l’affrontement devient inévitable.

Sur un scénario à rebondissements, LE MELON QUI met en présence deux mondes -diamétralement opposés- qui vont s’affronter sous les yeux des spectateurs : celui glacial, terrifiant de l’extrémisme et celui de la fantaisie, de la créativité, pour tout dire de l’humanité. Un thème évidemment d’une actualité brûlante mais qui demeure universel et intemporel.

Vendredi 29 septembre – 20H45


The TWO + MOUNTAIN MEN

Blues

The TWO + MOUNTAIN MEN


The TWO

A l’origine, l’un est mauricien et l’autre suisse mais leur complicité fait oublier les frontières et nous rappelle que la musique est avant tout un langage universel. Depuis 2003, The TWO emmène son public dans un voyage touchant. Les deux musiciens tirent leurs forces des racines du Delta blues et de la sincérité du blues créole de l’Ile Maurice.

MOUNTAIN MEN

Pour leur nouveau projet, le duo MOUNTAIN MEN formé par Mat et Iano bénéficie du renfort du batteur Denis Barthe (ex-Noir Désir) et du bassiste Olivier Mathios.

Après un passage remarqué sur la scène du Théâtre de Verre en 2015 pour un hommage mémorable à Brassens, Mountain Men revient nous rendre visite pour nous dévoiler un répertoire résolument plus rock. Il y est question de tempêtes intérieures, d’amis disparus, de colère et d’amour, de rock et d’énergie, toutes ces émotions réunies pour un pur condensé de vie à l’image de leur musique : brute, simple, belle et universelle.

Samedi 07 octobre – 20H45


L’ACADÉMIE DU JAZZ

L’Académie du Jazz

Jazz

Un nouveau cycle de concerts-conférences nous présentant l’histoire du jazz et ses grands compositeurs et interprètes.
Jean-Philippe Vidal, accompagné de ses interprètes habituels  (Olivier Leveau, Dominique Métais, Xavier Normand, Veronika Rodriguez) et de ses invités, présente en live les différents courants musicaux de l’histoire du jazz.

19H15 – Conférences – Concerts

Mardi 17 octobre : Les Chanteuses West Coast


D’Anita O’Day à Ann Richards, en passant par June Christy et Chris Connor, les chanteuses West Coast ont créé un véritable style, une manière tout à fait originale d’interpréter les thèmes de jazz.
Jacky Huchet nous dressera le portrait de ces belles voix.

Mardi 05 décembre : Doris Day, la fiancée de l’Amérique


Actrice souriante et élancée, aimable et vertueuse, Doris Day représente l’idéal féminin de l’Amérique des années 50. A priori bien loin de l’image stéréotypée de la chanteuse de jazz…
Et pourtant quelle voix et quel swing !

Mardi 16 janvier : Le jazz de Saint-Germain-Des-Prés

Après la Seconde Guerre mondiale, le quartier de Saint-Germain-des-Prés devient le haut lieu du jazz,
de la vie intellectuelle et culturelle parisienne. Claude Luter et Sidney Bechet y croisent Miles Davis
ou Duke Ellington, Juliette Gréco y rencontre Charles Trenet…
Evocation musicale de ces années où les existentialistes remplacèrent les zazous par Jacky Huchet.

Mardi 13 février : Cole Porter, c’est magnifique !


Du Broadway des années 30 à l’Hollywood des années 50,
Cole Porter fut l’un des plus célèbres compositeurs de comédies musicales.
Ses mélodies devinrent des standards du jazz incontournables et furent interprétées par les plus grands,
de Sinatra à Benny Goodman, de Sarah Vaughan à Charlie Parker.
Histoire et illustrations.

Mardi 13 mars : Le jazz et les gangsters


Que seraient devenus Duke Ellington, Louis Armstrong, Earl Hines ou King Oliver sans les gangsters
qui les employaient  ? Dans les clubs qui proliférèrent pendant la Prohibition,
ils assurèrent la sécurité de l’emploi nécessaire
à la constitution d’orchestres stables et à la maturation d’un style.
Michel Macaire évoque la vie des musiciens de jazz et le milieu de la pègre en Amérique.

Mardi 03 avril : Horace Silver, des doigts d’argent

Didier Toublanc nous présente le pianiste Horace Silver, pionnier du « hard bop », qui fonda les Jazz
Messengers avec Art Blakey, collabora avec Stan Getz, Miles Davis, ou encore Sonny Rollins,
publia de nombreux disques sur le label Blue Note avec son propre quintet.
Le gospel, le blues, la soul, le bop, la musique caribéenne se mêlent
avec bonheur dans ses brillantes compositions.