La parole aux Elus

L'expression du Groupe majoritaire et des Groupes minoritaires.

L’expression du groupe majoritaire

Le Centre Communal d’Action Sociale au service de tous les Castelbriantais

Le Centre Communal d’Action Sociale avec son budget total de 1 745 000 € et ses 45 salariés, installé dans un équipement adapté situé Esplanade des Terrasses, agit au quotidien pour les Castelbriantais. Ses services sont très diversifiés avec une action forte en faveur du maintien à domicile (services de soins infirmiers, d’aides soignantes, d’aides à domicile, foyer restaurant, taxi,…) D’ailleurs, le Centre Communal d’Action Sociale a été honoré le 13 octobre 2010 dans le cadre du Concours National des Villes sur le thème « les aînés au cœur de nos villes et de nos territoires ».

Le CCAS intervient dans bien d’autres domaines en développant de nombreuses actions de prévention auprès d’un public très varié, des scolaires aux aînés, et dans divers domaines tels que l’éducation, la sécurité routière, les addictions ou encore les réseaux sociaux.

Pour exemple, le CCAS organise cette année la 1ère édition de la « Semaine du mieux vivre » du 1er au 5 octobre 2018 pour faire le plein de conseils et bonnes pratiques pour mieux vivre.

En terme d’engagement, l’initiative proposée par le CCAS pour le dispositif « prévention du risque suicidaire » a été remarquée à deux reprises. L’UNICEF France a sollicité le CCAS pour participer à la 14e Rencontre des Collectivités Amies des Enfants, organisée le 30 novembre prochain à la Mairie de Paris.

Le CCAS accompagne les Castelbriantais en toute confidentialité et discrétion. Les agents sont à l’écoute et reçoivent annuellement 3 000 personnes pour les accompagner. La commission permanente, qui se réunit tous les mois, examine les dossiers de demande d’aide déposés. Cette étude se fait à partir d’un dossier reprenant des informations simples telles que l’identité, les ressources et charges. L’écrivain public, présent dans l’établissement, assiste les personnes en difficulté de lecture, d’écriture et de compréhension du dossier administratif.

L’intérêt du CCAS est d’intervenir concrètement dans les différents quartiers de la ville et répondre au plus juste aux attentes très fluctuantes de la population.

Ainsi, dans le cadre de la mise en place de la politique de la ville pour le quartier de la Ville-aux-Roses, la Communauté de Communes a réalisé un diagnostic social en 2016. Cette réflexion s’est poursuivie par un travail en partenariat avec le conseil citoyen afin de prendre en compte les enjeux exprimés par les habitants du quartier de la Ville-aux-Roses. Les services de l’Etat ont qualifié l’opération confiée au conseil citoyen d’action remarquable de co-construction et de gouvernance qui sera inscrite au label des 40 ans de la politique de la ville.

Fort de cette expérience, le Centre Communal d’Action Sociale travaille sur une étude de l’analyse des besoins sociaux. Des contacts sont engagés avec l’Union Départementale des CCAS. Cette analyse nécessitera un travail partenarial important sur les prochains mois.

 

L’expression des groupes minoritaires

Expression du Groupe « La Voie Citoyenne »

Action sociale : Il faut savoir attendre !

Enfin ! La mise en place du diagnostic social que nous demandions depuis 10 ans a été annoncée lors de la présentation en conseil municipal du rapport d’activité du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS).

Dans une ville où 18% de la population a des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, (14 % en France, 10% en Loire-Atlantique), la collectivité a un devoir de solidarité avec les habitants aux situations les plus précaires. Or, seulement 28 familles ont bénéficié d’une aide du CCAS en 2017 ; un chiffre qui a tendance à diminuer chaque année.

Nous souhaitons que la réflexion qui doit s’engager sur l’analyse des besoins sociaux permette d’investir de nouvelles actions, plus pertinentes et adaptées et qui renforcent le lien social.

Nous attendons notamment :

  • la définition de critères plus objectifs pour l’attribution des aides sociales facultatives, sans exigence administrative excessive ;
  • une présence active dans les actions conduites ou à conduire dans le cadre de la politique de la Ville dans le quartier de la Ville aux Roses ;
  • la mise en place d’un service de médiation sociale pour favoriser et restaurer le dialogue entre les habitants, réduire les incivilités et travailler au quotidien sur la cohésion sociale.

Nous sommes prêts à débattre de ces propositions avec la municipalité.

Le groupe d’élus La voie citoyenne : Bernard Gaudin, Marie Humeau, Nelly Boucherie
www.chateaubriant-la-voie-citoyenne.fr

 


Expression des élus du Groupe « Châteaubriant au cœur »

Action Cœur de Ville

Notre ville a eu la chance d’avoir été choisie, avec deux-cent-vingt et une autres cités pour élaborer un programme « Action Coeur de Ville ». Cette action a pour but de redynamiser notre centre. Déjà des réunions ont eu lieu, avec les élus, les commerçants, les habitants.

Il va falloir aller vite, mais en attendant que nos projets soient menés à terme, ne peut-on pas prendre déjà quelques mesures afin de rendre plus attractive notre jolie ville ? Que pensent les visiteurs en voyant sur les vitrines de nos commerces « Liquidation », « A vendre »…

Ne peut-on habiller les devantures de papiers peints esquissant l’avenir ces boutiques ? Ou mieux encore, nos peintres locaux ne pourraient-ils être mis à contribution ainsi que nos photographes. Nous avons la chance de posséder un nombre considérable d’artistes. Certes cela aurait un coût, mais l’attractivité n’a pas de prix !

Excellente idée les boîtes à livres, mais pourquoi ne pas les éparpiller dans les rues, à la gare, à Choisel, lieu propice au calme et à la lecture… plutôt que les cantonner au niveau de la médiathèque ?

La ville peut effectivement faire mieux, mais nous aussi, en tant que citoyens. Nous avons une obligation : aider dans la mesure de nos moyens à rendre Châteaubriant dynamique, agréable à vivre. Venons nous promener dans les jolies rues, flâner devant les boutiques, acheter dans le centre plutôt que d’aller dans les zones commerciales impersonnelles dans lesquelles nous ne trouvons pas automatiquement ce que nous désirons.

N’oublions pas notre petite surface du centre, particulièrement importante puisqu’à proximité. La France est un des rares pays européens à avoir créé des zones commerciales en dehors des villes. Sachons garder ce que nous avons dans le centre. C’est notre devoir de citoyens.

NB : Retrouvez notre article complet sur le site : www.chateaubriantaucoeur.wordpress.com

 

Partager cette page sur :